LE TERRITOIRE ET L’HISTOIRE

L’HISTOIRE DE CESANA TORINESE

Une culture ancestrale d’une importance exceptionnelle.

Une culture ancestrale d’une importance exceptionnelle.

En suivant les anciens itinéraires le long de la voie romaine qui reliait la plaine du Pô aux Gaules, il est possible de remonter au lieu exact où Cesana se dresse aujourd’hui. Au XIe siècle, certains documents font mention du nom de Sesana.

Au cours du haut Moyen-Âge, le tronçon routier  perdit son importance commerciale tout en conservant son intérêt militaire.

En 1155, le dauphin Guigues V  demanda à l’Empereur Frédéric Ier l’autorisation de frapper des pièces en cuivre et en argent. A partir de 1281, ces pièces érigeront le dauphin comme symbole des seigneurs qui sera reproduit sur toutes les armoiries du territoire alentour.

Une légende – qui a peut-être sa part de vérité, évoque un certain Desorsus Tolosano, feudataire de Cesana, qui avait instauré un régime tyrannique en exploitant, selon son bon vouloir, le jus primae noctis (coutume selon laquelle un  “seigneur” avait le droit d’avoir des relations sexuelles avec la femme d’un serf la première nuit de ses noces). Voilà pourquoi, il fut tué – tout comme son fils,  par un habitant de Cesana endossant une robe de mariée.

En 1343,  la République des Escartons vit le jour et Cesana fut annexé dans l’Escarton d’Oulx jusqu’en 1713, date de sa cession à la Maison de Savoie après la signature du Traité d Utrecht.

Du XIVe au XVIIe siècle, toute la vallée de Cesana fut le théâtre de guerres de religion menées principalement contre les “hérétiques” de la vallée du Pragelas.

Au début du XXe siècle, le renforcement des relations avec la France fut accompagné  d’une présence accrue de militaires à Cesana.

La construction de nouvelles routes se traduisit par l’essor du trafic commercial et  l’apparition des “touristes” surtout estivants.

Les montagnes sont les grandes cathédrales de la terre, avec leurs portails de roche, les mosaïques de nuages, les chorales des ruisseaux, les autels de neige, les voûtes pourpres étincelantes d’étoiles. (John Ruskin)

LE TERRITOIRE

Cesana Torinese est situé à environ 90 kilomètres de Turin et à 10 kilomètres de la frontière française dans la haute vallée de Suse, à 1354 mètres d’altitude, aux pieds du Mont Chaberton et à la confluence des torrents Ripe – provenant de la vallée homonyme, et Petite Doire qui descend du col de Montgenèvre.

Grâce au repérage de ses nombreux hameaux et bourgades, il est possible de redécouvrir les signes de l’histoire, de l’art, des traditions et d’un patrimoine de cultures et de métiers anciens et nobles.

Le territoire de Cesana Torinese est riche en lacs, dont le plus grand est le Lac Noir.

Site d’intérêt tant estival qu’hivernal

Point de connexion central et hivernal pour le ski, grâce aux remontées mécaniques implantées dans le village, Cesana Torinese propose, l’été, d’innombrables activités de plein air : des itinéraires de randonnée pédestre et  de VTT, sans oublier le hors-piste pour motos et voitures. Par ailleurs, l’équitation, la pratique du golf, les cours de padel ou de yoga ne sont que quelques-unes des activités qu’il est possible de pratiquer à Cesana!